I- La gravité de l'Antiquité à nos jours.

1) Les pré-newtoniens

Au IVème siècle avant JC, Aristote distingue la physique des astres de la physique terrestre, celle de la chute des corps. Selon lui, la gravitation est le phénomène qui consiste à faire retourner un corps à son "lieu naturel". Ainsi, le feu s’élève car son lieu naturel est le ciel, et les corps lourds tombent car ils doivent aller vers le centre de l’univers (confondu avec le centre de la Terre). De ce postulat découla la théorie des lieux, qui perdura durant des siècles entiers.

Au Moyen Age, certains philosophes et physiciens s’intéressèrent au mouvement de la chute des corps, notamment afin d’appliquer la théorie aux leviers et au plans inclinés. Puis Galilée intervient, et montre que le centre de l’univers n’est pas la Terre, mais le Soleil, et que celui-ci est fixe (on sait que ses travaux lui valurent des problèmes avec l’Inquisition).  Il démontra surtout que l’accélération gravitationnelle terrestre était la même pour tous les corps à l’aide de l’étude de la chute de corps, ce qui amenèrent les scientifiques qui le suivirent à montrer que la pesanteur était une force constante. Il travailla beaucoup sur la pesanteur et sur le mouvement des corps: il démontra par exemple qu’un corps lâché avec un mouvement initial décrit une parabole.

Descartes, à la même époque, reprocha à Galilée de ne pas réfléchir sur l’origine des lois qu’il démontrait. Selon Descartes (puis Huygens), la pesanteur était due au fait que l’univers (confondu avec la matière, selon lui, l’espace était plat) était constitué de tourbillons, et donc que la pesanteur était en fait une force centripète.

Même si ces siècles d’étude de la pesanteur donnèrent des résultats assez imprécis, ils permirent à Newton de fonder sa théorie de la gravitation universelle.